#Alchimie, #médecine interdite !

Par La Rédaction, le 22 juil 2016 à 06h00 dans SANTE | 0 commentaire

Conseils ALJOIMOUR :


 > Un rappel sur  les alchimistes, les médecins au moyen Age…


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion - Paris - La Normandie




L’alchimie est connue dans l’imaginaire populaire comme une sorte de magie consistant à transformer le plomb en or.

Mais c’est réducteur : les alchimistes cherchaient le remède universel permettant de soigner toutes les maladies (la panacée) et l’élixir de longue vie, une boisson légendaire capable de prolonger la vie humaine.

Les alchimistes s’intéressaient donc beaucoup à l’être humain, la santé, les maladies, et pas seulement aux métaux précieux. On peut les considérer comme des sortes de médecins.

Ils ont contribué de façon décisive à l’avènement de la médecine moderne. C’est une histoire très étrange, que je vais vous raconter…
 

Les alchimistes, précurseurs de la médecine moderne

Les premiers essais d’alchimie dont on a la trace furent ceux de Théophraste, un philosophe grec du IVe siècle av. J.-C. Certains historiens font remonter les sociétés secrètes d’alchimie à l’Égypte ancienne.

Mais l’alchimie est surtout associée dans nos esprits aux savants et sorciers du Moyen Âge.

Nous avons raison. C’est à la fin du Moyen Âge, en 1493, qu’est né le fameux alchimiste et astrologue suisse qui allait révolutionner la médecine : Philippus Theophrastus Aureolus Bombastus von Hohenheim, plus connu sous le nom de Paracelse.

Vous aurez noté que son second prénom officiel était Theophrastus, comme le premier alchimiste de l’Antiquité grecque.

Ce n’est pas un hasard. Le père de Paracelse, Wilhelm Bombastus von Hohenheim, était lui aussi alchimiste et médecin. Il avait souhaité baptiser son fils du nom du grand maître de l’alchimie.

La famille de Paracelse vivait à l’abbaye bénédictine d’Einsiedeln, en Suisse, sur les rives du lac des Quatre-Cantons. C’est auprès du père abbé de cette abbaye que Paracelse fut initié aux premiers secrets de l’alchimie.