Bobos #enfants, à ne pas faire!

Par La Rédaction, le 20 juil 2016 à 06h00 dans MERCURE | 0 commentaire

Conseils ALJOIMOUR :


> Un petit cours très utile sur le bon comportement à avoir face aux petits bobos des enfants


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion - Paris - La Normandie




Rentrant de l’école ce soir en trottinette, ma fille bute dans un trottoir, plonge la tête la première et se racle la joue contre le macadam.

La lèvre est éclatée, deux dents bougent, sanguinolentes, et sa pommette est méchamment râpée. Elle laisse transpercer la lymphe et des perles de sang. Manifestement, ça doit faire mal…

Dans les pharmacies, vous trouvez des rayons entiers de sprays antiseptiques, vaporisateurs désinfectants, crèmes antibiotiques, antibactériennes, antiseptiques et autres nettoyants pour plaie. Nos grand-mères utilisaient de l’alcool, de l’eau oxygénée, de la teinture d’iode ou du mercurochrome.

Mais la seule utilité réelle de ces produits est de soulager… les parents (et les grand-mères). Pour l’enfant blessé, ils risquent surtout d’aggraver la situation.

Le mercurochrome a été retiré du marché. Il contenait une substance hautement toxique, le mercure, et sa couleur rouge risquait de masquer les signes d’infection ou d’inflammation. Surtout, il n’était pas efficace.

L’alcool est utile pour désinfecter les instruments chirurgicaux. Mais il ne doit jamais être appliqué sur les plaies. L’alcool assèche la peau, retarde la guérison… et fait vraiment mal. En provoquant la coagulation du sang, l’alcool crée une pellicule sous laquelle les germes qui n’ont pas besoin d’oxygène peuvent se développer.

L’eau oxygénée est encore pire : versée sur une plaie, elle fait bondir au plafond. « Si ça fait mal, c’est que ça fait du bien », disait-on autrefois, mais ce dicton n’a en l’occurrence pas de fondement.

La teinture d’iode, c’est de l’iode dans de l’alcool. On se sert de l’iode en hôpital pour les blessures graves. Mais sur les petites blessures, le seul effet que vous obtenez est une vive douleur provoquée par l’alcool qui attaque la chair à vif.
 

Que faire ?

Inutile de vous ruiner en fioles et petites bouteilles. L’usage médical courant pour nettoyer les plaies est d’utiliser une « solution saline isotonique », aussi appelée « liquide physiologique ».