On est #ballonné partout !!!

Par La Rédaction, le 15 déc 2015 à 05h00 dans GENERALE | 0 commentaire

Conseils ALJOIMOUR :

 
> Une fois de plus Jean marc nous gratifie d'un de ses longs articles très complet sur la digestion, bonne journée !

 

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris - La Normandie


« On est ballonné dans les hôpitaux ; on est ballonné dans les ministères ; on est ballonné dans les familles, et on est ballonné dans les maisons de retraite ! »
 
Les trois facteurs principaux sont :
 
  • Le stress et le manque d’activité physique
  • L’augmentation des polluants, à commencer par les métaux lourds, dans l’air, l’eau et les aliments que nous consommons.
  • Une nourriture mal supportée par nos intestins, entraînant l’inflammation du tube digestif et de la porosité intestinale, source d’innombrables maux...
 

Mais votre corps ne reste pas passif. Au contraire, il ne cesse de vous envoyer des signaux de détresse !

Diarrhées, constipation, douleurs abdominales, flatulences et mauvaise haleine, maux de tête, insomnie, fluctuation d’humeur sont, entre autres, ses façons de vous crier « AU SECOURS ! »
 

Mais pourquoi un grand cancérologue comme le Pr Joyeux s’inquiète-t-il de nos problèmes digestifs ?

Parce que le lien est malheureusement très étroit avec les plus graves maladies.
 

Une chercheuse du MIT dénonce le risque de cancer

Dans le dernier numéro de la revue scientifique Nature (19 novembre 2015), Susan Erdman, microbiologiste au MIT (Massachusetts Institute of Technology), partage ses inquiétudes sur l’évolution du microbiote humain (microbiote est le nom savant de « flore intestinale »).
 
Elle explique comment l’alimentation industrielle et les antibiotiques ont bouleversé nos populations microbiennes.
 
Ces bouleversements provoquent une inflammation chronique des intestins qui, selon elle, pourrait expliquer la hausse du risque de cancer du sein, des ovaires et de la prostate [2].
 

Risque multiplié d’accident cardiaque

Rappelons, en outre, qu’une inflammation chronique est un risque de maladies cardiaques.
 
Selon le cardiologue Jean-Claude Tardif, directeur de l’Institut de Cardiologie de Montréal :

« Le risque que les personnes atteintes d’une maladie inflammatoire fassent un infarctus est cinq à dix fois supérieur, selon leur état. Toute forme d’inflammation circulante peut augmenter le risque de subir un problème cardiaque. [3] »
 
Les facteurs d’inflammation abîment l’intérieur de nos artères. Ils provoquent à long terme de l’athérosclérose : au niveau du cœur, c’est le risque d’infarctus (crise cardiaque). Au niveau des artères carotides et du cerveau, c’est le risque d’AVC (attaque cérébrale pouvant provoquer amnésie, handicap ou mort).
 
Une mauvaise flore intestinale serait donc liée aux deux premières causes de mortalité : le cancer et les maladies cardiaques.