#Animaux malades et #viande avariée

Par La Rédaction, le 30 nov 2015 à 05h00 dans GENERALE | 0 commentaire

Conseils ALJOIMOUR :

 
> Il est bon de savoir ce qu'il y a dans les croquettes pour animaux. Il est vrai que c'est simple, tout prêt et peu cher
 
> Les chats savent et refusent souvent ce qui ne leur convient pas, mais les chiens sont charognards, et avalent tout, même sans y gouter.
 
> Je suis d'avis de préparer une nourriture plus fraiche pour nos amis, quitte à la congeler après pour une question pratique Assumer nos choix n'est pas chose facile.
 
> Pour ma part pour être intègre, je n'ai pas d'animaux, mais quand j'en avais, je choisissais des croquettes de qualité et préparais le pâté moi-même.
 

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie




Les déchets de l’industrie agro-alimentaire, source de profits

 
Alors que nous nous rendons au supermarché en pensant acheter de bons aliments pour nos petits amis, des repas complets et équilibrés vantés par une publicité très attractive, il n’en est rien. 
 
Très peu de gens savent ce qu’ils achètent réellement pour leur chien ou leur chat.
 
La composition de ces boites nous laisse volontairement dans un flou artistique indéniable : « viande et sous-produits de viande (minimum 4% de canard et minimum 4% de dinde), extraits de protéines végétales, poisson et sous-produits de poisson, céréales, minéraux, sucre, additifs… » 
 
Mais d’où proviennent ces aliments ? Que signifient réellement les termes « viande et sous produits, extraits, céréales, additifs… » ? Forevergreen à mené sa petite enquête sur un marché qui pèse chaque année environ 35 milliards d’USD au niveau mondial.
 
Les différentes usines produisant des croquettes et autres aliments pour animaux de compagnie ont comme objectif principal de valoriser, par des profits financiers, les différents déchets de l’ensemble de l’industrie agro-alimentaire humaine. 
 
Dans cette approche de nature purement financière, l’aspect de la santé est relégué au second plan et n’a, par conséquent, plus d’intérêt. Les ingrédients ne pouvant plus servir à la consommation humaine prennent ainsi le chemin de l’alimentation de nos animaux de compagnie. 
 
Les sources d’approvisionnement sont pour ainsi dire …