Tout ce qui n'est pas indispensable est inutile ...

Par Alain J. TOUIZER, le 11 oct 2015 à 06h00 dans DEVELOPPEMENT PERSONNEL | 0 commentaire
« Tout ce qui n'est pas indispensable est inutile ! » C'est la phrase dont je me sers lorsque les choses à faire, les obligations, etc.…, commencent à me cerner. La beauté d'une fleur, d'une femme, l'odeur d'un gâteau, la joie d'un beau paysage, etc. me sont indispensables pour vivre heureux. Je sais ce qui m'est indispensable pour bien fonctionner.

Suite d’article ...


21. Je suis honnête avec moi-même : j'accepte autant que je le puis mes faiblesses, mes manques, mes erreurs. Cela me fait gagner beaucoup de temps !

22. J'utilise le temps à contre-courant : je conduis aux heures creuses, j'écris quand j'ai des insomnies, etc…

23. J'ai des "check-listes" toutes prêtes pour tout.

24. J'ai des bagages tout prêts pour chaque voyage. J’ai des vêtements et des affaires de toilettes, des livres etc. en autant d’exemplaires que j’ai de résidences, pour ne pas avoir à les transporter.

25. Je m'adresse aux meilleurs spécialistes. S'ils sont vraiment bons, même s’ils sont chers, ils me font gagner de l'argent.

26. Je dis aux employés qu'ils doivent gagner eux-mêmes l'argent de leur salaire.

27. Je remets chaque chose à sa place.

28. Je vide ma poubelle chaque soir – et je couche mes soucis sur papier, ce qui est une autre façon de vider sa poubelle.

29. J'ai des cahiers dans lesquels je note tout ce qui peut concerner un sujet. (Un cahier est supérieur aux feuilles volantes car il est plus facile à manier.) Je n'écris que sur les pages de droite – je garde celles de gauche pour les notes ultérieures.

30. Je prévois le plus possible le pépin qui peut survenir et ce que je ferais dans ce cas. J'envisage les possibilités d'échecs – je prévois mes réactions comme dans un jeu d'échecs ou de dames.

31. Lorsqu'une erreur est faite, je trouve sa cause et je fais en sorte que cela ne se reproduise plus.

32. Je prends souvent des vacances. Cela m'oblige à terminer un travail – ou à le déléguer – avant de partir. Elles me donnent l'occasion de nouvelles idées. Elles me permettent de retrouver toute mon énergie. Elles me motivent pour donner un "coup de collier" et apporter du sang neuf, un nouveau regard, etc.

33. Mon entreprise est à mon service, et non l'inverse. L'organisation du temps est à mon service, pour mon plaisir. Je n'en suis pas l'esclave. Je reste à l'écoute de mon rythme intérieur, de mes intuitions, de mes désirs.

34. « Tout ce qui n'est pas indispensable est inutile ! » C'est la phrase dont je me sers lorsque les choses à faire, les obligations, etc.…, commencent à me cerner. La beauté d'une fleur, d'une femme, l'odeur d'un gâteau, la joie d'un beau paysage, etc. me sont indispensables pour vivre heureux. Je sais ce qui m'est indispensable pour bien fonctionner.

35. Quelle épitaphe voudrais-je sur ma tombe ? Je fais chaque jour un pas vers ce but. Je m'efforce d'être capable de mourir chaque jour satisfait de ma vie passée.

36. J'élimine les soucis, principaux rongeurs de temps. Je fais confiance à mon subconscient.

37. Je téléphone – ou j'envoie un email ou je Skye – au lieu de rencontrer. Je dis les choses au lieu de les garder pour moi. Je téléphone avant de me rendre dans un magasin ou ailleurs, pour vérifier s'il y a ce que je veux, si le rendez-vous tient toujours, etc.…

38. J'écris des mémos avec : ● des points, des numérotations, DES CAPITALES, des soulignés, des destinataires, des "copies à…" pour les rendre plus faciles à lire et à comprendre.

39. Je m'abonne à des "newsletters", à des revues. Je déchire les pages intéressantes, ou je les « copier-coller », je jette le reste.

40. Je prends mon temps pour me laver – un plaisir. Je prends mon temps pour le petit déjeuner – un plaisir. Etc.… Je démarre la journée dans le plaisir !

41. Je m'offre des cadeaux pour me récompenser !

42. Je limite mes besoins au plaisir que je vais retirer de ce que je fais, donne, demande, reçois.

43. Je limite le devoir au sens de la parole donnée.

44. Je m'affranchis de la peur du regard des autres.

45. J'apprends à faire la différence entre ce qui est important et le détail.

46. J'apprends à grouper les choses à faire. J'essaie d'être le plus astucieux possible dans l'organisation de mon temps.

47. J’utilise des abréviations quand j’écris :
  • BCP au lieu de beaucoup
  • Tt au lieu de tout
  • ^m au lieu de même
  • Qqs au lieu de quelques
  • Tps au lieu de temps
  • + Au lieu de plus
  • ≠ Au lieu de différent
  • Tjrs au lieu de toujours
  • C au lieu de c’est
  • Pkoi au lieu de pourquoi… etc.

48. Lorsque je marche dans la montagne, les arrêts sont aussi importants que la marche. Lorsque je gravis une montagne, je jouis du spectacle une fois au sommet. Je grave dans ma mémoire ces moments positifs. Ce sont des réserves de sérénité.
49. J'écoute mon corps, je le respecte, je lui parle, je passe des contrats avec lui.

50. Je passe des contrats :
- avec moi-même,
- avec les autres …. pour tout ce qui risque de se reproduire et que je veux changer !

51. J'applique la loi de Pareto au maximum : 80 % de l'effet est obtenu par seulement 20% du travail.

52. Je m'entraîne tous les jours pour augmenter ma durée de concentration. Je sais qu'il est possible, avec de l'entraînement, de se concentrer totalement, sans aucune interruption, pendant 3 heures, voire plus pour les gens les plus doués.

Une étude, réalisée par "Executime", une newsletter américaine, a montré qu'en moyenne, les managers mettent 10 minutes à se plonger dans un dossier, restent 20 minutes concentrés et s'accordent ensuite 10 minutes de détente et donc qu'en 40 minutes, 50% du temps est improductif.

Je m'entraîne donc pour gagner toujours une minute de plus que ce que j'aurais fait sans connaître cette information (mon record est de 4 heures environ, mais j'arrive fréquemment à me concentrer totalement plus de 2 heures et demie).

53. Je me passionne pour Google, son fonctionnement, sa syntaxe, ses possibilités. Il m’arrive souvent de trouver facilement ce que les autres cherchent pendant des heures grâce à cela.

54. J'accorde le moins d'intérêt possible à tous les jugements de valeur, fidèle à la devise : "les chiens aboient, la caravane passe" (Si je suis en accord avec moi-même, les autres peuvent "aboyer" en critiquant, je continue à avancer).

55. Je vérifie toujours la source de l'information lorsqu'on me fait part d'un problème (Que de temps gagné ainsi !)

56. J’ai des modèles, des mentors, que j’étudie et qui me font progresser.

57. Je me laisse porter par le courant au lieu de lutter contre lui. Si quelque chose devient difficile, je me demande si je ne suis pas en train de lutter contre le courant. J’aime le judo mental, l’art d’utiliser les forces extérieures et de les influencer dans le sens que je souhaite.

58. Je lis tous les livres et ebooks qui traitent du temps.

59. Je pratique depuis 25 ans la lecture rapide. Je lis presque 3 fois plus vite qu’un lecteur ordinaire.


Mes 59 Secrets ou Techniques Personnelles d'Organisation du Temps


Christian H. Godefroy