Pourquoi prendre #soin de vos #microbes

Par Alain TOUIZER, le 09 août 2015 à 10h13 dans SANTE | 0 commentaire

Conseils ALJOIMOUR:

 

> La psychose microbienne clinique  et une source d’affaiblissement de l’auto-défense.

 

> Ce que J. Marc nous dis est que donner une possibilité au corps d'apprendre à l’auto défendre est un plus dans la construction d'un corps solide.

 

> On voit souvent cela dans les population que sont pauvres, et dites sous développées, comme en Afrique, madagascar ou en inde  ou le manque d’hygiène est manifeste.

 

> Ceux qui arrivent a passer le cap sont extrêmement résistants. Surprotéger nos  enfants  des microbes est une erreur.

 

> Consommer un peu du pamplactif, de l'extrait d'olivier, et de lacérola en préventif est un excellent conseil.

 

Alain TOUIZER

Naturopathie - Ile de la Réunion / Paris / Normandie

 

Nous sommes les microbes et nous sommes vos amis


100 microbes de toutes sortes qui pullulent dans votre bouche, vos oreilles, sur votre peau, vos organes génitaux et, surtout, dans vos intestins. Chez un adulte, leur nombre avoisine 100 000 milliards.

Cela peut paraître dégoûtant mais, en réalité, la plupart de ces microbes semblent ne rien faire. Certains vous rendent service. Seule une petite minorité d’entre eux sont dangereux : les microbes pathogènes, c’est-à-dire générateurs de maladies.


Pourquoi prendre soin de vos microbes


Quand j’écris que la plupart de ces microbes semblent ne rien faire, ce n’est pas tout à fait exact. En réalité ils ont d’abord le mérite, dans l’immense majorité, d’occuper l’espace. Ils empêchent les microbes pathogènes de s’installer et de se multiplier. En ce sens, leur présence constitue une cuirasse de défense indispensable à notre vie.

La dernière chose que vous puissiez souhaiter serait d’éliminer à coup d’eau de javel les bactéries recouvrant un de vos organes sensibles, par exemple vos organes génitaux ou votre intestin. Loin d’être « enfin propre », l’espace ainsi nettoyé serait immédiatement colonisé par de nouveaux arrivants dont rien ne vous garantit qu’ils auront le cœur pur et l’esprit rempli de bonnes intentions. C’est ainsi que se produisent les infections. .
 

Il est donc regrettable que nous dépensions tant d’énergie depuis plus d’un siècle à vouloir tuer les microbes sans distinction à coup d’antiseptiques, de fongicides et d’antibiotiques pas toujours indispensables. (NB : ceci n’est pas une critique des antibiotiques, mais des abus d’antibiotiques).
 

Même si nous ne les voyons pas, même si nous ne les connaissons pas, la plupart de ces bactéries sont nos amies. Et avoir