#mincir naturellement et en concordance avec les #besoins du #corps.

Par Alain J. TOUIZER, le 05 janv 2015 à 08h25 dans SANTE | 0 commentaire
Le fait que nous engraissons de plus en plus ou que nous restons minces dépend essentiellement des hormones. Et c’est là que se trouve la clé pour perdre du poids: par un apport ciblé de certains...

Les acides aminés et leur importance pour bruler les graisses !


Les acides aminés, les vitamines, les sels minéraux et les oligo-éléments sont des facteurs importants dans la perte de poids. Le fait que nous engraissons de plus en plus ou que nous restons minces dépend essentiellement des hormones. Et c’est là que se trouve la clé pour perdre du poids: par un apport ciblé de certains acides aminés, nous incitons l’organisme à produire suffisamment d’hormones qui font mincir de manière toujours naturelle et en concordance avec les besoins du corps.



L’hormone de croissance (STH) est une hormone de croissance importante

Cette hormone est produite pendant le sommeil; elle accroit la synthèse des protéines et favorise la dégradation des graisses. Les personnes en surpoids présentent de manière caractéristique des concentrations abaissées de STH, ce qui rend souvent la réduction du poids plus difficile 1.

Malheureusement l’hormone de croissance est chère (env. 500–800 euros pour une ration mensuelle) et l’injection nécessite une surveillance médicale très rigoureuse. C’est pourquoi il est moins dangereux de stimuler la distribution naturelle par le corps lui-même de cette hormone endogène. Dans de nombreux cas, certains acides aminés se sont révélés avoir une telle action lorsqu’ils sont pris à jeun la nuit et en quantité suffisante 2.


Les acides aminés ayant ces propriétés sont :

  • l’arginine3
  • la glutamine 4
  • la glycine 5


D’autre part, les vitamines B6 et B12, le zinc et le manganèse sont indispensables à la synthèse de l’hormone de croissance.

Des recherches ont montré qu’en cas d’obésité, il peut exister une carence en carnitine (fr.wikipedia.org/wiki)/Carnitine.Il pourrait être alors certainement judicieux de faire une substitution en carnitine (supplémentations alimentaire). La carnitine est un vecteur biologique (transporteur), qui est synthétisé dans le foie – ainsi que dans les reins à son stade préliminaire – à partir d’un acide aminé essentiel, la lysine.



Elle fait fonction de molécule vectrice pour transporter les acides aminés à chaîne longue au travers de la membrane intérieure des mitochondries. Les acides gras à longue chaîne ne peuvent traverser la membrane que par une estérification avec la carnitine, tandis que les acides aminés à chaîne moyenne ou courte peuvent pénétrer sans ce vecteur (transporteur).6



La carnitine comme « fatburner » (brûleur de graisses)

La carnitine accélère le transport des acides gras et les livre à la combustion métabolique 7. Résultat : l’organisme dégrade les graisses (au lieu de les stocker). En raison de son action de brûlage des graisses, cette substance est aussi utilisée pour la réduction du poids et on la qualifie souvent de « fatburner ».

La formation de la carnitine se fait au cours d’une synthèse en cinq étapes, avec la participation de cofacteurs essentiels comme la vitamine B6, la vitamine B12, la niacine et l’acide folique. Une carence d’une seule de ces substances peut entraîner une biosynthèse limitée.

Un concept d’étude a été proposé à l’Université de Leipzig pour mesurer directement l’influence de la carnitine sur le brûlage des graisses chez l’homme. Les résultats de cette étude ont été entre temps confirmés par l’université de Rostock: il s’avère de manière évidente que la carnitine peut augmenter le brûlage des graisses du corps dans certaines cellules.

Il a été démontré que la carnitine peut augmenter la combustion des graisses dans certaines cellules.

En outre, les travaux de deux scientifiques de Genève et des USA démontrent pour la première fois que la prise de carnitine augmente aussi la mobilisation des acides gras provenant des adipocytes (cellules graisseuses) et accroit la combustion des acides gras dans les adipocytes  8.

De plus, il existe suffisamment de données résultant d’études qui prouvent toutes de manière indubitable, contre placébo, qu’une supplémentation en carnitine au cours d’un régime hypocalorique entraîne une diminution significative de la teneur en graisses du corps qui va de pair avec une augmentation de la masse musculaire sans graisse. 9

L’institut pour la médecine sportive de Leipzig écrit ceci : la condition première pour une haute efficacité de la carnitine est une mise à disposition plus importante d’acides gras. Cela ne peut se faire que par une augmentation des activités sportives ou par l’apport de caféine.10

La glutamine empêche le stockage des graisses.

Dans les reins, la glutamine peut être transformée en glucose, et ce, sans influencer le taux de glucagon ni d’insuline. Elle contribue ainsi également à une production d’énergie qui permet d’éviter le stockage des graisses suscité par l’insuline 11.

Elle empêche aussi, comme l’ont montré aussi des études sur des souris, le stockage des graisses alimentaires et contribue de ce fait à la régulation du poids corporel. Il a été démontré dans une étude que dans le cas d’alimentation très riche en graisses, une supplémentation en glutamine entraînait une réduction de la masse grasse. En outre, la glutamine peut réduire le désir de sucre et d’alcool.12

En dehors des acides aminés, le complexe de vitamines B tout entier joue aussi un rôle important. Ainsi la vitamine B6 est nécessaire à la fabrication des protéines. Sans cette vitamine, le métabolisme des acides aminés tels que la glutamine, la glycine, l’arginine et la carnitine est perturbé.


Le zinc est un activateur d’enzymes pour la fabrication de nombreuses hormones comme par ex. l’hormone de croissance, l’hormone thyroïdienne, les hormones sexuelles etc. En cas de carence en zinc, on constate une tendance à l’hypoglycémie qui provoque une décharge d’insuline plus importante et de ce fait une tendance à grossir. En outre le zinc a un effet régulateur sur le centre de l’appétit dans le cerveau.


Sources

1 Rudman, D., Feller, A.G., Cohn, L., Shetty, K.R., Rudman, I.W. & Draper, M.W. (1991) Effects of human growth hormone on body composition Hormone research, Volume 36 supplement 1, (pp. 73-81)

2 Williams, J.Z., Abumrad, N. & Barbul, A. (2002) Effect of a Specialized Amino Acid Mixture on Human Collagen Deposition Annals of Surgery, Volume 236, issue 3, (pp. 369 – 375)

3 Merimee, T.J., Lillicrap, D.A. & Rabinowitz, D. (1965) Effect of arginine on serum-levels of human growth-hormone Lancet, Volume 2, issue 7414, (pp. 668-670)

4 Welbourne, T.C. (1995) Increased plasma bicarbonate and growth hormone after an oral glutamine load The American Journal Of Clinical Nutrition, Volume 61, issue 5, (pp. 1058-1061)

5 Kasai, K., Kobayashi, M. & Shimoda, S.I. (1978) Stimulatory effect of glycine on human growth hormone secretion Metabolism, Clinical and Experimental, Volume 27, issue 2, (pp. 201-208)

6 Evangeliou, A. & Vlassopoulos, D. (2003) Carnitine Metabolism and Deficit – When Supplementation is Necessary? Current Pharmaceutical Biotechnology (pp. 211-219)

7 Müller, D.M., Seim, H., Kiess, W., Löster, H. & Richter, T. (2002) Effects of Oral l-Carnitine Supplementation on In Vivo Long-Chain Fatty Acid Oxidation in Healthy Adults Metabolism, Vol. 51, issue 11, (pp. 1389-1391)

8 Wutzke, K.D. & Lorenz, H. (2004) The Effect of l-Carnitine on Fat Oxidation, Protein Turnover, and Body Composition in Slightly Overweight Subjects Metabolism, Vol. 53, issue 8, (pp. 1002-1006)

9 Reda, E., D'Iddio, S., Nicolai, R., Benatti, P. & Calvani, M. (2003) The Carnitine System and Body Composition Acta Diabetol, issue 40, (pp. 106-113)

10 Luppa, D. (2004) Beteiligung von L-Carnitin an der Regulation des Fett- und Kohlenhydratstoffwechsels Klinische Sportmedizin /Clinical Sports Medicine, Volume 5, issue 1, (pp. 25-34)

11 Prada, P.O., Hirabara, S.M., de Souza, C.T., Schenka, A.A., Zecchin,H.G., Vassallo, J., Velloso, L.A., Carneiro, E., Carvalheira, J.B., Curi, R. & Saad, M.J. (2007) L-glutamine supplementation induces insulin resistance in adipose tissue and improves insulin signalling in liver and muscle with diet-induced obesity Diabetologia, Volume 50, issue 9, (pp. 149-159)

12 Bowtell, J.L., Gelly, K., Jackman, M.L., Patel, A., Simeoni, M. & Rennie, M.J. (1999)Effect of oral glutamine on whole body carbohydrate storage during recovery from exhaustive exercise Journal Of Applied Physiology, Volume 86, issue 6, (pp. 1770-1777)

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion