#burn-out : la #maladie des #travailleurs #stressés

Par Alain TOUIZER, le 04 déc 2014 à 05h31 dans GENERALE | 0 commentaire

Conseils ALJOIMOUR :

>C’est une maladie ravageuse, le mal du siècle, negativer…

> Peur du lendemain, du jugement des autres ;  chacun a la possibilité de se reprendre c'est une question d'état de conscience et de décision.
 
> Rendez-vous pour un « Bilan de Santé Globale» pour faire le point et avoir une nouvelle vision des diverses possibilités.


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion



Anxiété, stress, sentiment d’incompétence : c’est le burn-out, nouvelle maladie de civilisation pour travailleurs usés. Il faut, en ce début de XXIe siècle, réinventer un humanisme où la relation des individus à leur travail sera repensée et apaisée.

Parmi les quelques mots-clés qui symbolisent notre époque, le burn-out impose sa triste évidence. Il est rare, dans l’histoire, qu’un trouble psychique nouveau se popularise aussi vite, au point que chacun en saisisse les enjeux ravageurs.

Inventé par l’écrivain anglais Graham Greene dans son roman A Burnt-Out Case, paru en 1961, ce syndrome, qui touche des millions de travailleurs usés et stressés, littéralement consumés par un feu intérieur, est identifié par le philosophe Pascal Chabot dans Global burn-out comme une vraie “maladie de civilisation”, telles la mélancolie au XIXe siècle, la paranoïa et la schizophrénie au XXe. Exténué, vidé, incapable de se détendre et de récupérer, l’individu qui sombre dans le burn-out a le visage de la grande fatigue contemporaine.

Comment s’opère un burn-out ?

 Comment relier les troubles psychiques individuels à un cadre social et culturel qui en détermine les effets ? De quoi le burn-out mais aussi le discours général qu’on tient sur lui sont-ils le symptôme ?

Ces questions traversent la réflexion de Pascal Chabot, qui porte un regard philosophique sur une question qui d’habitude mobilise sociologues, psychologues ou cliniciens du travail. Ce déplacement élargit le cadre de compréhension du problème. Ni l’univers psychique des individus ni la pression sociale qui pèse sur eux ne suffisent à expliquer le burn-out. En ce sens, Pascal Chabot estime que cette maladie de civilisation est surtout une “maladie de la relation”.

Les travailleurs zélés, premiers touchés

Le philosophe rappelle d’emblée que les sujets qui craquent sont le plus souvent des travailleurs enthousiastes, des “soutiens zélés des modes de vie contemporains”. Grâce à leur ardeur au travail, le système se perpétue et produit en même temps les conditions d’une vulnérabilité généralisée.

Ces gens cassés subissent ce que nous connaissons tous : “La montée en puissance du régime de production, l’accélération des cadences, l’intensification du stress, la généralisation des instruments de contrôle, la dureté des contraintes.

Qu’est-ce que le burn-out sinon “une conséquence de ces régimes effrénés” ?

“Ces symptômes de fatigue, d’anxiété, de stress ingérable, de dépersonnalisation et de sentiment d’incompétence dressent le portrait de personnes qui ont trop donné, sans recevoir ce dont elles avaient besoin”.

Entre essoufflement du perfectionnisme et course à la reconnaissance, les conditions d’organisation du travail conduisent à cet incendie de la personne qui perd le contact avec elle-même. L’individu sent en lui un vide se propager, “aussi rapide qu’un feu, aussi étrange qu’une flamme”. “Il devient ce vide, cette terre brûlée.”

Le burn-out forme une “nouvelle acédie”, selon l’auteur, qui compare ses modalités actuelles à la perte de la foi au Moyen Âge. “Comme le moine ne parvenant plus à prier un Dieu qui ne le réconforte plus, le travailleur baisse les bras, faute parfois de reconnaissance. Il doute. Il n’a plus foi en lui-même, mais il n’a surtout plus foi dans un système qui, pense-t-il, l’a méprisé.”

Le technocapitalisme génère ainsi ses nouveaux athées : des sujets contraints, en dépit de leur bonne volonté, de refuser la logique de l’excès, du “travail sans fin”, c’est-à-dire d’un travail qui n’a à la fois ni limite ni finalité.


Soif de reconnaissance

La reconnaissance, centrale dans la construction de l’identité, forme l’un des points-clés autour desquels s’articulent les enjeux du travail.

“La soif de la reconnaissance paraît la plus partagée des passions contemporaines ; lorsque cette soif n’est pas étanchée, elle provoque des ressentiments viscéraux ; elle est constitutive de l’épuisement professionnel.”

Toutefois, Chabot note qu’elle n’est pas tout. Si certains penseurs critiquent la dimension insuffisante que recèle la demande de reconnaissance, caractéristique d’une société larmoyante et trop compassionnelle, d’autres insistent sur l’idée que la reconnaissance peut être une arme idéologique grâce à laquelle, sous couvert de flatterie, on cantonne les individus dans une fonction subalterne. Parce que la reconnaissance, strictement théorique, n’est pas toujours émancipatrice, il faut la dépasser.

“Être reconnu par une structure abstraite ne suffit pas. Ce qu’il faut, c’est célébrer ce je-ne-sais-quoi qui fait l’humain, ce qui donne son sens à l’activité.”

Ce qu’il faut aussi, soulignait en 2010 le sociologue Yves Clot dans Le Travail à coeur (La Découverte), c’est rendre la vie professionnelle “digne d’être vécue”, c’est-à-dire rétablir un lien souvent défait entre le bien-être et les exigences du “bien-faire” au travail : le plaisir du travail bien