#maladies intestinales provoquées par l'excès de #viande

Par Alain TOUIZER, le 30 oct 2014 à 05h40 dans SANTE | 0 commentaire

Conseils ALJOIMOUR :

> Hormis les informations fournies par cet article, je veux rajouter les violences qui sont volontairement imposées aux animaux domestiques qui ne sont traités que comme de la nourriture. Cette souffrance qui leur est infligée dans les abattoirs élève le niveau de stress intoxicant leur chair.
 
> Prenez toujours au moins le temps de prendre conscience de cela avant de manger votre steak, votre côte d'agneau ou côtelette de porc et remerciez l'animal qui a donné sa vie pour satisfaire vos papilles, vous serez un tout petit peu moins intoxiqué.
 
> Apprenez à espacer vos consommations et les légumes et fruits vous le rendront au centuple (meilleur transit, vitamine, force, beau teint)…
 
> D’autres conseils:

Algue AFA:
http://aljoimour.stemtechbiz.fr/Home.asp

“Bilan de Santé Globale”


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion



Viande rouge : plus de maladies intestinales

Les maladies intestinales (cancers digestifs, maladies inflammatoires intestinales, diverticulose colique...) ont beaucoup augmenté au 20e siècle. La cause principale est très probablement l'augmentation de la consommation de viande rouge de mauvaise qualité : charcuterie, viande d'élevages industriels.

Luxe jusqu'en 1945, où l'on n'en mangeait pas plus de deux fois par semaine, la viande est aujourd'hui omniprésente dans nos assiettes. Au restaurant, on ne se pose pratiquement pas la question : à part quand on mange du poisson, il y a toujours de la viande. Les personnes qui choisissent un plat de légumes sont regardées bizarrement.

Pourtant, les statistiques sont évidentes : dans tous les pays du monde où la consommation de viande rouge augmente, les maladies digestives augmentent.

Cancer du côlon

Partout où la consommation de bœuf augmente, le cancer du côlon se développe.
L'explication possible est que la viande de bœuf contient des virus qui résistent à la cuisson. Or, lorsque vous faites cuire votre viande de bœuf, des nitrosamines cancérogènes apparaissent. Les virus bovins attaqueraient la paroi de vos intestins, créant ainsi des infections prêtes à se cancériser sous l'effet des nitrosamines.

Il faut noter en effet que la cuisson du poulet et du poisson fait aussi apparaître des nitrosamines cancérogènes, mais que leur consommation n'augmente pas le risque de cancer du côlon. Cela s'expliquerait par l'absence de virus attaquant la paroi des intestins, dans ces viandes.

Une autre cause de cancer pourrait être le fer héminique contenu dans la viande rouge, donc celle du bœuf mais aussi le veau, l'agneau, le porc, le canard, l'oie, le lapin, le cheval et les abats. (2) Le fer oxyde les cellules, l'ADN, les lipides et les protéines intracellulaires, ce qui à la longue semble favoriser l'émergence de cancers.

Selon une étude réalisée sur 88 751 femmes, manger de la viande de bœuf, de porc ou d'agneau en moyenne une fois par jour multiplie par 2,49 le risque de cancer du côlon, par rapport aux femmes consommant ces viandes moins d'une fois par mois.

Autres maladies intestinales provoquées par l'excès de viande

La maladie de Crohn est favorisée par la consommation de viande. La viande n'est en effet pas totalement absorbée dans l'intestin grêle (première partie des intestins, après l'estomac), elle passe dans le côlon où elle va fermenter sous l'effet des bactéries de la flore intestinale. Cette fermentation produit des dérivés toxiques qui attaquent la muqueuse de l'intestin. Cela peut provoquer des saignements, diarrhées et douleurs abdominales pénibles caractéristiques de la maladie de Crohn.

Le côlon, qui est donc la deuxième partie de l'intestin, où la nourriture achève d'être dégradée par la flore intestinale, peut aussi, sous l'effet de la viande, développer de petites poches où les matières fécales se bloquent.

Comme vous pouvez l'imaginer, ce n'est pas très propre et cela provoque des infections, voire une perforation dans l'abdomen (péritonite). Cette maladie, appelée diverticulose colique, est typique de l'alimentation occidentale riche en viande, et bien moins répandue chez les végétariens.