les #œstrogènes peuvent même être #nuisibles

Par Alain TOUIZER, le 11 août 2014 à 07h53 dans SANTE | 0 commentaire

Conseils ALJOIMOUR :

> Il est courant que des patientes viennent me voir pour les problèmes liés au changement hormonal, parfois les traitements à base d’ostéogènes sont bons parfois pas, et je trouve aussi que continuer à donner des pillules aux femmes n'est pas l'idéal.

> Je préfère les méthodes naturelles comme la maca, qui régule naturellement le systèmes reproducteur et rééquilibre  les manques ou les excès d'hormones, œstrogènes...

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion



Contrairement à une notion qui faisait jusqu’à présent consensus, les œstrogènes ne protégeraient pas les femmes contre le risque cardiovasculaire. Ces hormones pourraient même être nuisibles, en tous cas après l’âge de 65 ans. C’est ce que note une équipe française, dans un travail publié dans The Journal of the American Heart Association. Le conditionnel toutefois, reste encore de mise…

Pierre-Yves Scarabin et son équipe (Unité INSERM 1018 de Villejuif) ont mesuré les taux d’œstradiol - l’œstrogène le plus actif - de 6 000 femmes, qui avaient toutes plus de 65 ans. Après 4 ans de suivi, ils ont recensé au sein de cette cohorte, 150 nouveaux cas de maladies cardiovasculaires. Or toutes les femmes concernées présentaient des taux d’œstradiol plus élevés que les autres.

« Ces résultats montrent pour la première fois, que des taux élevés d’œstradiol sanguin exposent à un risque augmenté d’infarctus du myocarde ou d’accident vasculaire cérébral (AVC), sans qu’un lien de cause à effet ne soit démontré », font valoir les auteurs. En l’état, ces observations ne valent que pour les femmes ménopausées, de plus de 65 ans. « Ce nouveau facteur de risque est indépendant des autres, comme le diabète ou l’obésité…

Les traitements sont-ils dangereux passé 65 ans ?

Après la ménopause, l’arrêt du fonctionnement des ovaires entraîne une chute importante des taux sanguins d’œstrogènes. Ces hormones continuent néanmoins de circuler à de plus faibles concentrations. « Notre travail montre que l’administration d’œstrogènes ne permet pas de prévenir les maladies artérielles ischémiques chez les femmes ménopausées.

Et ces traitements pourraient même avoir un effet délétère chez les plus âgées », enchaîne Pierre-Yves Scarabin. « Les études à venir devront confirmer ou infirmer ces résultats. Et nous permettre de déterminer s’ils peuvent être étendus aux femmes ménopausées plus jeunes », conclut-il.