Traitement #naturel des #maladies de l’#estomac

Par Alain TOUIZER, le 24 juin 2014 à 05h44 dans GENERALE | 0 commentaire

Conseils ALJOIMOUR :


Voici une info que je viens de recevoir et qui est bien expliquée.

Il existe bien des solutions très diverses, les conseils sont de valeur sure…

« Bilan de Santé Globale »
« Extrait d’Olivier »
« Argile » (nous contacter)


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion



Brûlant, reflux d’acide dans la bouche, indigestions, nausées, douleurs d’ulcère de l’estomac sont des symptômes qui touchent quotidiennement un tiers de la population française. Est- ce du à une mauvaise alimentation, à l’abus de médicaments ou aux contrariétés de notre vie stressante qui nous restent en travers de l’estomac ?
 
L'œsophage est un conduit reliant la bouche à l'estomac permettant ainsi le transport de la nourriture.  Le muscle circulaire (sphincter) qui sépare l'estomac de l'œsophage n'est censé s'ouvrir que pour laisser descendre les aliments et empêcher le contenu de l'estomac de remonter dans l'œsophage.

Afin d’assurer la digestion des aliments, l'estomac sécrète environ trois litres d’acide par jour. Normalement, cet acide doit demeurer dans l'estomac et pénétrer dans le duodénum en petites quantités en même temps que la nourriture digérée. Quant à l’estomac, il résiste à sa propre sécrétion acide grâce à la production d’un liquide protecteur, le mucus qui tapisse les parois internes de l’estomac.

Le reflux gastro-œsophagien

Si ce sphincter entre l'estomac et l'œsophage fonctionne mal, l’acidité de l’estomac reflue au niveau de la paroi intérieure de l'œsophage, ce qui peut entraîner des symptômes de brûlant qui s'accompagnent souvent d'un goût acide en bouche. Le contact régulier de l’acide avec le  revêtement interne de l'œsophage provoque rapidement une inflammation plus ou moins importante et étendue de l'œsophage : c'est l’œsophagite.

A long terme, une œsophagite non traitée entraînera un rétrécissement de l'œsophage et plus rarement un cancer de l’œsophage.

Dans d'autres cas, le reflux est lié à l’existence d'une particularité anatomique, la hernie hiatale. Le diaphragme (le muscle qui sépare le thorax de l’abdomen) présente un orifice pour laisser passer l’œsophage. On parle d'hernie hiatale, lorsqu’une petite partie de l'estomac remonte de l'abdomen vers le thorax à travers cet orifice. C’est pourquoi la femme enceinte a souvent le brûlant durant le dernier trimestre de sa grossesse suite au refoulement de l'estomac vers le haut par le fœtus.

Le reflux gastro-œsophagien est une pathologie très fréquente puisqu’elle concerne pratiquement 30 % de la population française. Le traitement classique du reflux se base sur l’utilisation de médicaments antiacides (Gastrex, Gaviscon, Maalox, Phosphalugel,…) qui neutralisent l’hyperacidité. La plupart de ces médicaments contiennent des sels d’aluminium, de magnésium et de sodium.

Or l’aluminium est maintenant impliqué dans de nombreuses pathologies dégénératives comme la maladie d’Alzheimer, le magnésium en excès provoque de la diarrhée tandis que le sodium favorise l’hypertension artérielle.

L’ulcère gastroduodénal

L’ulcère touche actuellement 10 % de la population française. Ce n’est donc pas une surprise de constater que le Mopral® (antiulcéreux) occupe la première place au niveau du chiffre d’affaire réalisé en France par un médicament (316,7 millions d’euros en 2003).

80 % des ulcères se situent dans la première portion de l’intestin appelé le duodénum tandis que seul 20 % des ulcères se situent au niveau de l’estomac. Dans le cas de l’ulcère duodénal, c’est un excès de sécrétions acides provenant de l’estomac qui attaque la muqueuse intestinale tandis que dans l’ulcère gastrique, c’est une anomalie au niveau du mucus protecteur des parois de l’estomac qui est responsable de l’ulcération.

Les symptômes de l’ulcère gastroduodénal sont assez classiques : il s’agit d’une douleur brûlante ou lancinante partant de l’estomac mais pouvant irradier dans le ventre. En général, cette douleur se calme après l’ingestion de nourriture et réapparaît entre les repas ou pendant la nuit.

On a longtemps attribué la cause des ulcères au stress. Depuis quelques années, on a identifié une autre cause qui une bactérie appelée Helicobacter pylori et que l’on retrouve chez la plupart des personnes atteintes d'ulcère de l'estomac. Cette bactérie peut se développer lorsque nos défenses immunitaires sont affaiblies et vient perturber la couche protectrice de mucus. La muqueuse de l’estomac est ainsi exposée au contact de l'acide, ce qui peut déclencher la formation d'un ulcère.

D’autres facteurs vont également favoriser le développement de l’ulcère comme :

•    Manger trop vite
•    Alimentation trop grasse ou trop fortement épicée
•    Consommation importante de café, de thé ou d'alcool
•    Stress au travail ou familial
•    Tabagisme qui stimule la production d’acide

Il ne faut pas perdre de vue que beaucoup d’ulcères sont aussi provoqués par l’usage chronique de certains médicaments comme les antidouleurs (l'aspirine et les anti-inflammatoires) ou la cortisone qui altèrent ou diminuent la production du mucus protecteur de l’estomac.

Le traitement classique de l’ulcère se base sur l’utilisation de médicaments antiulcéreux (Mopral, Lanzor, Ogast, Zoltum) qui suppriment quasiment toute la production d’acide par l’estomac. De ce fait, les douleurs disparaissent en 48 heures et l’ulcère cicatrise en 3 à 4 semaines.

Malheureusement, les rechutes sont extrêmement fréquentes dès l’arrêt du traitement ce qui oblige de prolonger la prise du médicament à long terme. Or supprimer la sécrétion acide de l’estomac trop longtemps semble favoriser la croissance de certaines bactéries qui produiraient des substances cancérigènes. En outre, les médicaments antiulcéreux présentent des effets secondaires qui sont principalement…des troubles digestifs comme des nausées, des diarrhées ou de la constipation et des troubles hépatiques !

Traitement naturel des maladies de l’estomac

J’utilise pour traiter les différentes pathologies gastriques une formule combinant les propriétés des plantes à celles des huiles essentielles dont l’extraction se fait à froid (procédé encore rare de nos jours mais qui préserve les délicates molécules du monde aromatique).