Pratiquer une #toilette #intime après un rapport #sexuel ?

Par Alain J. TOUIZER, le 11 fév 2014 à 03h07 dans HYGIENE CORPORELLE | 0 commentaire
LA TOILETTE INTIME, parlons-en !
Une alimentation déséquilibrée et acidifiante avec trop de sucres, trop de viande, de produits laitiers, etc...

A l’heure des strings apparents et de mini-bikinis, les femmes semblent tout maitriser de leur féminité; mais  les questions d’hygiène intime sont encore peu abordées. L’occasion nous est offerte d’interroger sans détour le docteur Fred Bathilde, gynécologue obstétricien.

 

Est-ce que le développement récurrent des mycoses (champignons), signifie un manque d’hygiène ?

Le manque d’hygiène est peu en cause. Le reflexe sera d’abord de dépister un diabète qui fragilise toujours la patiente, et ensuite de rechercher d’autres facteurs favorisants : une alimentation déséquilibrée et acidifiante avec trop de sucres, trop de viande, de produits laitiers, etc.


Eviter les bains dans les piscines non contrôlées, apaiser le stress. Les traitements iront dans le même sens, avec des produits qui rendent le sang et la peau moins acides, donc,  moins irritables, etc.

Le milieu vaginal n’est-il pas autonettoyant ?

La nature est bien faite. Le milieu vaginal est autonettoyante si l personne est en bonne santé, ou plus exactement si la personne pratique une hygiène de vie équilibrée (bonne alimentation, sport, sommeil).

Le milieu vaginal est constitué de germes saprophytes, qui entre autres fonctions, font le ménage. Mais tout comme pour la peau, nous complétons ces fonctions naturelles par des toilettes… Il est clair qu’après un jour sans se laver les choses se compliquent.

Que pensez-vous de l’eau et du savon ?

Pourquoi pas ? À condition de faire une sélection de produit par sa qualité. Il faut lire sa composition et chercher la mention « hypo allergénique », par exemple.


Combien de toilettes doit-on pratiquer par jour ?

Deux fois par jour. Cela me semble correct dans les pays chauds.

Quelles sont les différences entre les gels spécieux zones intimes et les gels-douche ?

Le pH neutres des gels de toilette intime tend à apaiser les irritations et calmer les démangeaisons. Ces produits sont en général plus doux, un peu comme les produits de bébé.

Du reste, les gammes pour la toilette intime des femmes ont été créées justement pour éviter que ces dames emploient des produits trop agressifs ou détergents.

Nous protégeons-nous des slips avec des protège-slips ? Ont-ils une réelle utilité ?

Les protège-slips sont pratiques en cas de secrétions abondantes, de pertes, ou en cas d’oubli de pilule, de saignements « surprise ».

Les lingettes intimes favorisent-elles l’apparition de mycoses ou d’allergies si elles ont utilisées régulièrement ?
Il n’y a aucun danger pour la flore vaginale à employer des lingettes intimes en usage externe seulement et à court terme.
 
> Voici une composition qui permet de régénérer la flore vaginale: pour une poire vaginale de 500ml
  • 2 cuillères à soupes de vinaige de cidre
  • 2 cuillères à soupes de gel d'aloes verra+  1 cuillères à soupe de miel
  • 30 gouttes d'extrait de pepins de pamplemousses completer avec de l'eau bouillie tiedie, 
> Faire une douche intime, cela nettoie les bacteries, ravive la flore et regener la flore vaginale,


Que pensez-vous de crèmes hydratantes spéciales zones intimes ?

C’est surprenant et pas forcement nécessaire. Mais si c’est un bon produit pourquoi pas ! De même que tous les produits que vous allez utiliser, je vous conseille de les tester auparavant en appliquant une petite quantité sur la face interne du bras.

Patientez un jour, si ce produit vous convient avant de l’utiliser. Enfin, il faut écouter les conseils des professionnels.

Que penser des déodorants intimes ? Est-ce qu’une odeur sexuelle induit un manque de propreté ?

C’est une appréciation individuelle. L’odeur d’une femme est naturelle et s’accorde avec chacune. Aujourd’hui les jeunes femmes ont une tendance à se raser et à se parfumer.

En ce qui concerne les odeurs « pathologiques » comme celle d’une infection par Gardenerella, elles marquent et indisposent grandement les patientes elles-mêmes.

Qu’este que la flore vaginale ? A quoi sert-elle ? Qu’est ce qui la détruit et la régénère ?

La nature va toujours dans le sens de favoriser la reproduction. La flore vaginale y participe en aidant à la fluidification de secrétions féminines et à la circulation des spermatozoïdes.

De plus, la flore saprophyte qui la compose empêche des « méchants » germes de s’installer. Des toilettes agressives ou certains antibiotiques ont tendance à détruire la flore vaginale. Un traitement local à base de vitamine C, ou oral à la baie de cramberry (canneberge) sera prescrit.

Certaines femmes ne portent pas de "sous-vêtements" pour éviter de transpirer et macérer toute la journée comme les pieds dans les chaussettes… Est-ce une crainte fondée ?

Je pense que l’idéal se situe entre les deux solutions. Des sous-vêtements amples dans un pays chaud me semblent la solution la mieux adaptée. Quant à la matière, tous les textiles qui peuvent « bouillir » en machine sont conseillés.

Devrions-nous pratiquer une toilette intime interne après chaque rapport sexuelle ?

Très peu des femmes le savent, mais il faut « faire pipi » après chaque rapport sexuel. C’est une façon de se rincer.

Les hommes la pratiquent plus régulièrement ; il faut savoir aussi qu’en cas de rapports sexuels « à risque » les premiers signes d’infection apparaissent dans les dix jours (petite infection ou mycose) et sous 48 heures pour des atteintes plus sérieuses, genre salpingite (inflammation d’une trompe utérine).

Est-ce qu’une hygiène insuffisante peut provoquer des pertes ? Des démangeaisons ? Des cystites ?

Pas directement. En revanche une mauvaise hygiène de vie peut fragiliser une personne et favoriser le développement d’infection.

Que pensez-vous de l’huile ou de la pommade de calendula pour soulager des sensations de brulure ?

La crème au calendula, à la différence de la pommade, est une bonne alternative qui permet d’apaiser sans être occlusive. J’insisterai plutôt sur le fait qu’il faut cesser de passer d’un produit à l’autre et effectuer le test dont nous avons parlé plus haut avant d’adopter un nouveau produit.

D’une manière générale, y a-t-il des raisons de s’inquiéter de l’hygiène intime des femmes ?

Dans l’ensemble, les femmes prennent  bien soin d’elles et de leur hygiène avec une attention particulière dès les premiers signes d’inflammation. Je ne peux, en revanche, qu’encourager certains hommes à en faire autant.

Revenons aux basses essentielles d’une bonne santé : bien s’alimenter tout au long de la vie, faire du sport, gérer son stress, en résumé, adopter une vie saine. C’est dans ces conditions seulement, que l’organisme se renforce et lutte naturellement contre les infections.

Quant aux maladies sexuellement transmissibles, la meilleure protection, reste sans hésiter, le préservatif.

Certaines d’entre nous se demandent si les tampons, les strings, les pantalons « slim » ne sont pas des accessoires  modernes  « à risque » pour notre hygiène intime. Qu’en dites-vous ?

Tous les accessoires pratiques, de séduction ou «  a la mode » peuvent être utilisés sans problèmes tant qu’il n’y a pas des secrétions importantes ou de pertes. Sinon, mieux vaut les éviter et prévoir un traitement.


Magazine ANFORM
Santé et Bien-Etre à La Réunion
Dr. Fred Bathilde
Gynécologue-Obstétricien