#Cystite : il ne s’agit jamais d’une #affection banale

Par Alain J. TOUIZER, le 23 oct 2013 à 07h12 dans SANTE | 0 commentaire
Cette inflammation provoquée par une infection, touche particulièrement les femmes. L’urètre de la femme a en effet la particularité d’être très court. Les germes présents dans la région anale peuvent donc facilement migrer jusqu’au méat urinaire et remonter jusqu’à la vessie, car ils ont peu de chemin à parcourir....
La cystite est une inflammation de la vessie.


Cette inflammation provoquée par une infection, touche particulièrement les femmes. L’urètre de la femme a en effet la particularité d’être très court. Les germes présents dans la région anale peuvent donc facilement migrer jusqu’au méat urinaire et remonter jusqu’à la vessie, car ils ont peu de chemin à parcourir.
  
 
Les signes de la cystite sont faciles à reconnaître:
  • Des brûlures en urinant soit à la fin, soit au passage de l’urine.
  • Des urines fréquentes et très peu abondantes, on parle de pollakiuries.
  • Un besoin impérieux d’aller uriner, même s’il n’y a pas d’urine.
  • Un tiraillement, voire des douleurs, au niveau du bassin. Plus rarement
  • La présence de sang dans les urines (hématuries).
  • La présence de pus dans les urines (pyurie).Les causes et les traitements des cystites vont varier en fonction de l’âge de la femme.
 

Pathologie fréquente chez la femme:


Voici les raisons: De nombreuses cystites sont dues au fait que les femmes ont souvent de très mauvaises habitudes mictionnelles. Apprendre à faire pipi, ce n’est pas une blague, et cela remonte à l’enfance: à l’école, les toilettes sont souvent sales, les portes ne sont pas totalement closes...

Les petites filles ont peur que les garçons viennent regarder sous la porte quand elles font pipi. Tout cela entraîne de mauvaises habitudes. La femme a aussi tendance à se retenir.

Quand elle fait pipi, elle le fait souvent en suspension, elle ne s’assied pas sur la lunette des toilettes de peur de la saleté, elle ne baisse pas sa culotte jusqu’aux chevilles... Toutes ces tensions, au moment de faire pipi, ont pour effet de mal vidanger la vessie et de favoriser des infections. Alors que proposez-vous ?

Bien souvent, lorsqu’une femme vient nous consulter pour des cystites à répétition, on en vient à lui proposer une sorte de rééducation mictionnelle. On lui demande de bien s’asseoir sur les lunettes des toilettes (même si elles sont un peu sales, il n’y a pas de risque d’attraper des maladies), on lui demande de bien se décontracter pour que sa vessie puisse se vider entièrement.


Evidemment, on conseille de boire régulièrement et d’aller faire pipi toutes les trois ou quatre heures. Et il ne faut pas uriner en poussant, cela irrite le canal urétral et le rend plus sensible aux infections.

Les cystites sont fréquentes

Elles ne sont pas si graves en soi, mais peuvent être très invalidantes. Lorsqu’une femme souffre de cystites à répétition, qu’elle est obligée, où qu’elle aille, de penser à trouver des toilettes, cela monte vite à la tête. Cela devient tellement obsédant, que cela peut même engendrer... une dépression.

Les femmes peuvent en venir à hésiter à sortir, par exemple. Il y a aussi la gêne, la douleur. Ces brûlures à chaque miction et ces envies répétées, c’est très pénible.

Il faut donc faire attention aux complications, évidemment. Une cystite mal traitée ou pas traitée du tout peut s’aggraver et se transformer en pyélonéphrite : une infection plus haute qui touche les reins.

Donc, même s’il s’agit d’une affection fréquente, il ne s’agit jamais d’une affection banale. Il faut en déterminer précisément les causes particulières et les traiter efficacement.