#tisanes #plantes #stress


Des promesses #écolo-bio qui cachent souvent une grande #misère des #produits

Par Alain TOUIZER, le 04 juil 2013 à 09h42 dans SANTE | 0 commentaire

Conseils ALJOIMOUR :

> Certaines choses sont exactes, la mode et l'abus de la faiblesse des gens par les marchands de compléments alimentaires  est  abusive, tout ce que l'on peut trouver localement est ce qu'il y a de plus adapté, car tout ce que l'individu à besoin, il peut le trouver sur son lieu de vie et dans son pays en général; ce qui ne veux pas dire, que certains produits étrangers ne sont pas bons, mais que l'abus est  pitoyable.

> Il manque de professionnels honnêtes  qui  connaissent  bien les plantes médicinales, certains naturopathes ont de bonnes connaissances.

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion



Méfiez-vous des grandes promesses écolo-bio qui cachent souvent une grande misère dans les produits.
Méfiez-vous du green-washing publicitaire (de l’anglais « laver vert ») dont les arguments en termes de développement durable et de protection de l’environnement ne reflètent pas toujours la réalité de l’entreprise et de ses compléments alimentaires.

Souvent, plus le produit vanté est polluant, plus le labo entretient une image de « petite maison dans la prairie »… Souvent aussi, plus le fabricant est sérieux, moins il communique, sinon directement sur ses produits…

Les artisans locaux, les marchands herboristes, les vrais passionnés de la distillation et des plantes ne font généralement pas grand bruit et pourtant, on trouvera souvent chez eux de bons produits !


… et des modes exotiques !

L’aloès vera s’est vendu à toutes les sauces (on en a même mis dans la lessive). Le Tea tree (Melaleuca alternifolia) aussi (dans le dentifrice). Les exemples de plantes vertueuses abondent, qui ont perdu leurs lettres de noblesse parce que vendues à tort et à travers.

L’acérola, les baies de Goji, le jus de Grenade, le Cordyceps aujourd’hui… Ce n’est pas par hasard que les plus grandes arnaques ont lieu sur les produits d’origine exotique si vertueux soient-ils. Ils font rêver, attirent les "orpailleurs" et suscitent toujours un engouement qui fait qu’on les achète les yeux fermés. Il n’est plus grand aveugle que celui qui ne veut pas voir…

Nous avons tout ce qu’il faut chez nous

J’ai déjà parlé de l’acérola… Mais j’aurais pu aussi vous parler, au rayon effets de mode, du camu-camu. Pourtant nous avons chez nous de la vitamine C : le cynorrhodon, largement à la hauteur si l’on veut bien s’y intéresser. A quoi bon être locavore d’un côté si, de l’autre côté, on participe au grand pillage planétaire ? Je pose cette question en toute humilité car moi aussi, il m’est arrivé d’être piégé par des modes. J’en parle donc en connaissance de cause…

D’abord, réparer sa tête et ses intestins…

Une fois que l’on est en mesure de choisir en pleine conscience, reste une question : êtes-vous prêt à prendre des compléments alimentaires ? Je veux dire : votre tête, et votre écosystème digestif, sont-ils prêts à les recevoir ?

Pour en être sûr, voici un petit programme de préparation en 4 temps :

1.    Tout part de la tête, qui commande. Suivons donc l’exemple d’Hippocrate qui, avant toute chose, régulait les humeurs : cela passe par un drainage, qui vous aidera d’abord à y voir plus clair (pour choisir notamment), et ensuite à fixer les vitamines et à mieux absorber les principes actifs.

De bonnes tisanes, bien de chez nous, le feront très bien. Prenez par exemple ce mélange à parties égales, à raison d’un litre par jour : aubier de tilleul, feuilles de romarin, baies de genièvre, feuilles de bouleau, menthe douce, prêle, fumeterre, racine de chiendent, racine d’astragale. Il existe aussi des cocktails efficaces de plantes drainantes obtenues par percolation.

2.    L’époque étant au stress généralisé, il est important aussi de ré-harmoniser les énergies : faites appel pour cela aux fleurs de Bach (vérifiez bien, là aussi, ce que vous achetez), aux huiles essentielles en diffusion, etc.

3.    Et comme chacun sait, sous l’effet du stress, la barrière digestive devient perméable : les molécules passent à travers. Il faut donc la réparer. Pour cela, je vous conseille tout spécialement trois valeurs sûres, au choix : PerméRégul du laboratoire Copmed, Mucoperm de Longévie ou Synertrophic de Symphonat.

4.    Faites enfin une cure d’eau de mer…  Enfin presque : de plasma de Quinton. Pour faire le plein d’oligoéléments et de minéraux, on n’a toujours pas trouvé mieux que ce produit 100% bio disponible qui existe depuis 1896… Méfiez-vous juste des copies…

Après ça, vous serez prêt à acheter ce que bon vous semble, pour votre santé, et dans les meilleures conditions.
Prenez soin de vous.

Dominique Vialard

PS : N’oubliez pas que toute plante est potentiellement toxique sur la durée, à l’exception des plantes adaptogènes. Il est donc important de les prendre sur une durée de 20 jours (l’équivalent du cycle cellulaire), renouvelable éventuellement mais après une pause de 10 jours. Ne négligez pas les conseils d’un naturopathe ou d’un thérapeute.