L'#argent #Colloïdal , un #antibiotique #naturel interdit en #France et autorisé partout ailleurs ...

Par Alain TOUIZER, le 05 janv 2013 à 07h35 dans SANTE | 0 commentaire
Une simple suspension de particules d’argent microscopiques dans de l’eau ultra pure... rien de plus. C'est ce que l'on appelle l’argent colloïdal et c'est un des meilleurs remèdes naturels qui soit.

Il est capable de :
  • Tuer la plupart des microbes et virus pathogènes
  • Accélérer la cicatrisation des blessures et des brûlures
  • Soigner la peau et les allergies
  • Stimuler les défenses naturelles
  • Purifier l’eau...

Et pourtant, il est aujourd'hui interdit à la vente en France pour une utilisation par voie interne. Aucune raison scientifique n'explique cette interdiction, mais l'industrie pharmaceutique est parvenue à lui faire la peau.

Découvrez les propriétés étonnantes de cet extraordinaire antibiotique naturel qu'est l'argent colloïdal et surtout... comment vous en procurer.

L'antibiotique d'avant... les antibiotiques

L'argent colloïdal fut utilisé par les médecins de manière intensive pendant près d’un demi-siècle jusqu’au début des années 40. Tombé dans les oubliettes de l’histoire après l’invention des antibiotiques de synthèse, il fait un retour en force depuis que ces derniers semblent en passe de perdre la guerre contre l’infection.

Son action «magique» s’accompagne de solides preuves scientifiques, si bien que des médecins ont pu déclarer :
«L’argent est notre meilleure arme contre les microbes» - Dr Harry Margraf, (Washington University, St Louis).
«L’argent tue même les souches résistances aux antibiotiques et stimule la cicatrisation de la peau.»- Dr Robert Becker, (Syracuse University, New York).

La majorité des antibiotiques, sur prescription médicale, ne tue qu’une partie des agents causant des maladies, alors que l’argent colloïdal est efficace contre environ 650 maladies (travaux du Dr. Henri Crooks).

Les utilisations médicales de l'argent dans l'histoire

Les propriétés germicides et bactéricides de l'Argent-métal sont connues depuis l'Antiquité. Grecs, Perses et Romains l'utilisaient dans la vie domestique couramment. Ils employaient des récipients en argent pour stocker divers liquides (eau, vin, etc.) destinés aux souverains et à l'aristocratie. Ces liquides conservaient ainsi leur fraîcheur et leurs qualités plus longtemps que  dans d'autres récipients.

L'argent servait aussi à fabriquer des ustensiles de table et de cuisine, une tradition qui s'est perpétuée jusqu'à nos jours. Pourquoi ne pas avoir choisi un autre métal, moins onéreux : nos ancêtres avaient compris qu'ingérer ainsi régulièrement d'infimes particules d'argent contribuait à renforcer l'immunité vis-à-vis de certaines maladies.

Bien sûr cette pratique n'était fondée que sur des connaissances empiriques :

C'est certainement la tradition du thé britannique, de l'eau bouillie servie dans des théières d'argent, qui a permis à la Grande Bretagne de survivre aux terribles miasmes de ses colonies, tant en Inde, qu'à Hong Kong et partout ailleurs.

Il était courant de placer des pièces d'argent au fond des récipients contenant du lait ou des aliments pour en préserver la fraîcheur, une méthode adoptée au 19ème siècle  par les pionniers américains.

Très récemment encore, dans la deuxième partie du 20ème siècle, lorsque les pharmaciens préparaient des potions ou des onguents dans les arrière-boutiques, ils  mettaient au fond du pot une feuille d'argent.

Albert Schweitzer, la Nasa ou les hôpitaux américains sont-ils des empoisonneurs ?

Le bien fondé de ces pratiques populaires a  été démontré par les recherches modernes. On a pu déterminer que l'Argent métallique se dissout dans l'eau à un taux d'environ 10 parties par milliard, soit 10 microgrammes par litre,  et que cette dose pourtant extrêmement faible (0,01 ppm) tue les colibacilles et les salmonelles. C'est le principe même de l'Argent Colloïdal.

  • En 1928, renouant avec la tradition, GA. Krause eut l'idée de placer un revêtement d'argent dans les systèmes de filtration à usage domestique.
  • En 1929,  le Dr Albert Schweitzer, rapporta  que tous les pathogènes se trouvaient éliminés quand l'eau était traitée avec des particules d'argent porteuses d'une charge électrique. Le terme argent colloïdal n'était pas encore en usage. Il démontra également que ce traitement n'était pas nocif vis à vis des micro-organismes bénéfiques.

Aujourd'hui, les meilleurs filtres à eau emploient l'argent pour éviter la contamination des bougies filtrantes et de nombreuses compagnies aériennes utilisent ce filtre à bord de leurs avions.

La NASA a choisi un système de traitement de l'eau à base de colloïdes d'argent pour ses navettes spatiales. Les Russes utilisent également l'argent colloïdal pour stériliser l'eau à bord des navettes spatiales.

Aux Etats Unis, certaines villes ont choisi l'argent pour le traitement des eaux usées  et des piscines. Au Nébraska, on a démontré l'efficacité de l'argent colloïdal en décontaminant un bassin volontairement pollué  par le colibacille. Passant dans des filtres équipés d'électrodes d'Argent, cette eau a été totalement purifiée en l'espace de 3 heures.

Des études ont révélé que les réseaux internes de distribution d'eau dans les hôpitaux étaient les principaux responsables de la « maladie du légionnaire », une espèce de pneumonie, acquise à l'hôpital. La plupart  des grands hôpitaux américains ont installé des systèmes d'ionisation argent/cuivre, qui ont permis d'éradiquer la « legionella pneumophilia » de leurs réseaux d'eau chaude. Ces systèmes sont bien sûr parfaitement homologués  par les autorités concernées.

L'argent colloïdal, alternative aux antibiotiques

L’argent dans son application antibiotique et désinfectante a été délaissé suite à la mode des antibiotiques. Mais l’utilisation systématique de ces antibiotiques a entraîné l’apparition de nouvelles souches de bactéries résistantes.

Faut-il rappeler que :