Dysbiose intestinale et symptômes!!!

Par Alain TOUIZER, le 23 juil 2012 à 08h53 dans SANTE | 0 commentaire
Au niveau de l'estomac, on trouve le pH le plus bas (donc le plus acide) de tout le système digestif. Immédiatement après la traversée de l'estomac, cette acidité est corrigée par les sécrétions de l'intestin grêle, de la vésicule biliaire et du pancréas, qui ont tous trois des sucs digestifs basiques. Les aliments redeviennent légèrement acides à la fin de l'intestin grêle et au niveau du colon droit. Enfin, ils ont une valeur alcaline au colon gauche...

Conseils ALJOIMOUR :

  • La flore intestinale est la plus difficile à  gérer du fait de ce qui est si bien expliqué dans cet article.

  • Un dérèglement se fait très vite avec, bien sur, toutes les conséquences que cela implique et les candidoses intestinales sont  vite attrapée... (Lire article plus complet)

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion

C'est quoi la dysbiose?

C’est un déséquilibre de la flore intestinale (le gros colon contient 2kg de bonnes et moins bonnes bactéries !).

Rôle de la flore intestinale

  • Digestion
  • Métabolisme des nutriments, vitamines
  • Prévient la colonisation pathogène de l’intestin
  • Stimule la réponse immunitaire

Ces bactéries produisent pour les unes des fermentations (colon droit au pH acide) en agissant sur les sucres, et pour les autres une putréfaction (colon gauche au pH basique) par action sur les protéines. Lorsque ces deux flores sont en déséquilibre il y a dysbiose intestinale.

Causes de dysbiose

  • Alimentation déséquilibrée
  • Stress
  • Antibiotiques et autres médicaments
  • Baisse immunitaire
  • Diminution de la motilité intestinale
  • Infections intestinales

Au niveau de l'estomac, on trouve le pH le plus bas (donc le plus acide) de tout le système digestif. Immédiatement après la traversée de l'estomac, cette acidité est corrigée par les sécrétions de l'intestin grêle, de la vésicule biliaire et du pancréas, qui ont tous trois des sucs digestifs basiques. Les aliments redeviennent légèrement acides à la fin de l'intestin grêle et au niveau du colon droit. Enfin, ils ont une valeur alcaline au colon gauche.

En gros, une mauvaise alimentation peut entrainer une acidité trop importante à la sortie de l’estomac. Cette acidité n’est tamponné que trop tard par les sucs digestifs à peu près  au niveau du colon droit, et ce malgré la longueur de l’intestin grêle. C’est pourquoi les bonnes bactéries de fermentation qui travaillent en milieu acide sont « étouffées » par la prolifération des mauvaises bactéries qui prolifèrent, elles, en milieu basique.

L’équilibre de la flore est alors déréglé et la flore de putréfaction du colon gauche augmente aussi anormalement (si l’alimentation est riche en protéines). Trop de protéines et c’est la flore de putréfaction basique qui domine et augmente dans le colon gauche car non contrebalancée par la flore acide de fermentation.

Donc trop de sucres dans votre alimentation et vous tendez vers une dysbiose de fermentation basique (terrain propice aux levures, candida albicans en particulier) ce qui entraîne beaucoup de gaz et de ballonnements. Trop de protéines et c’est la dysbiose de putréfaction. Cette dysbiose entraîne aussi des gaz, mais plus nauséabonds (voir fiche technique du "Maté Vert").

Les corps aromatiques de la dysbiose de putréfaction produisent des substances toxiques (ptomaïnes)  responsables d'une auto-intoxication. Le foie les neutralise, mais lorsqu'elles sont produites en abondance, le foie est surchargé de travail, et rapidement débordé. Celles-ci passent alors dans la circulation générale. La langue prend un aspect qui témoigne de la surcharge du travail hépatique.

La dysbiose intestinale est, selon certains auteurs la cause de bien de nos maux. On trouvera : carences en vitamines, pathologies variées du colon (du colon irritable au cancer), et indirectement, inflammations ostéo-tendineuses, psoriasis, acné, eczéma, fatigue chronique, maladies auto-immunes, migraines, douleurs articulaires, asthme etc.

La liste est longue, et surprenante …(voir "Bilan de Santé")

Pour s’y retrouver, voici une liste de quelques symptômes qui s’associent à un déséquilibre de la flore intestinale, décrite par les auteurs :

  • Gaz et renvois : prolifération exagérée mixte.
  • Spasmes et crampe : putréfaction.
  • Constipation : fongique (fermentations), mais peut aussi signifier une insuffisance thyroïdienne.
  • Selles molles : peut résulter d’un type d’aliment allergisant.
  • Selles collantes : fongique, signe de l’intestin poreux (conséquence d’un excès important de sucres rapides).
  • Alternance de diarrhées et de constipations : syndrome du côlon irritable. Souvent dysbiose fongique (fermentation).
  • Mauvaise haleine et langue chargée : souvent dysbiose fongique.
  • Symptômes infectieux : la dysbiose fongique coexiste souvent avec une insuffisance thyroïdienne et/ou surrénalienne entrainant des états infectieux récidivants (rhinites, sinusites, cystites…)  Faites un "Dépistage Intuitif gratuit"...


Conséquences pratiques :

  • Mastiquer les aliments le plus possible. Les sucres lents et les protéines y trouveront un avantage digestif.
  • Eviter la (sur)consommation de sucre raffiné, responsable de la  fermentation.
  • Eviter la surconsommation de viandes responsable de putréfactions.
  • Les sucres lents sans gluten, les fruits (pommes) et  fibres diminuent les risques de putréfaction.
  • Les lavements rectaux nettoient le colon d’une flore de putréfaction trop abondante.[4]
  • Alléger le repas du soir donne moins de travail au foie, qui peut alors se consacrer à la détoxification du colon.
  • Les huiles essentielles de thym, origan, estragon, mélisse permettent un nettoyage sélectif (hé oui !) de la flore intestinale.
  • La prise de probiotiques (voir chapitre deux) permet un réensemencement du colon avec une flore acide, bénéfique, qui s’équilibrera avec la flore de putréfaction.
  • C’est la nuit que le corps va rétablir au mieux les constantes sanguines et tissulaires. L’organisme « tombe malade » le jour et « guérit » la nuit ! D’où l’importance cruciale à ce niveau, de dormir bien, et longtemps.