LA TERRE MALADE DE SES TROIS POUMONS VERTS!!!

Par Alain J. TOUIZER, le 28 juin 2012 à 14h00 dans GENERALE | 0 commentaire

Conseils ALJOIMOUR:


> Oui ? nous sommes tous concernés, et il est grand temps de nous unir et sortir des séparations.

> Personne n’est séparé de personne qu’on le veuille ou non. Voyons co-acteur chacun à sa manière.

> Que celui qui a les moyens financiers le fasse et que les autres, au moins communiquent et apportent leur soutien...

> Ce sont 3 paradis verts qui contribuent grandement à nous apporter de l’oxygène… Mais les bassins forestiers tropicaux de l’Amazonie, du Mékong et du Congo sont toujours menacés par les déforestations abusives. 


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion


A la veille du Rio +20, quelles solutions proposent les acteurs politiques de ces régions pour inverser la tendance ?

A eux trois, ils représentent 80% des forêts tropicales de la Terre. Les bassins forestiers de l’Amazonie, du Mékong et du Congo sont de véritables poumons pour notre planète, mais les abattages d’arbres abusifs qu’ils subissent mettent en grande difficulté à la fois la biodiversité et les populations locales qui se nourrissent, se protègent et se soignent grâce à eux.

Une coopération « Sud Sud »

Pour parler d’une seule et même voix, la République du Congo a non seulement été chargée de représenter l’Afrique lors du Rio +20, mais aussi de réunir les pays des 2 autres bassins, l’Amazonie et le Bornéo-Mékong, autour des thématiques majeures de l’économie verte et du développement durable.

Les  représentants ont réussi à trouver un accord qui proposera de nouvelles mesures pour mettre en place  une coopération  » Sud Sud » et échanger ainsi expériences et conseils pour éradiquer les menaces qui pèsent sur les 3 bassins.

C’est une déclaration commune qu’ils présenteront au Rio+ 20 dans laquelle on peut trouver :
  • Les demandes de mises en œuvre des accords de Copenhague et de Cancun, notamment sur la création d’un Fond Vert
  • L’engagement des pays développés à allouer 0,7% du PIB à l’aide au développement,
  • Ou encore la nécessité d’une coopération internationale pour un passage à l’économie verte.

Leur objectif est qu’au travers d’une plateforme d’échange, les solutions pour protéger les forêts profitent aussi aux autres Pays en Développement.  Ce sont des initiatives nécessaires et louables, qui pourtant ne freinent toujours pas les déforestations abusives.

Ainsi en RDC, Greenpeace sonne l’alarme au sujet de titres forestiers cédés à des exploitations industrielles qui mettraient en danger plus de 25 millions d’hectares de forêt à long terme.