L'ASTHME: Tests de sensibilité!

Par Alain J. TOUIZER, le 15 avr 2012 à 09h06 dans SANTE | 0 commentaire
La maladie asthmatique est modérée à sévère selon le nombre et la sévérité des crises. Une crise d’asthme se manifeste variablement par une respiration laborieuse, un sifflement dans la poitrine à l’expiration (les sibilants), une oppression, une toux...


L’asthme est une maladie respiratoire de plus en plus fréquente. L'asthme est une maladie inflammatoire des bronches, la muqueuse bronchique se trouve épaissit. Les bronches sont hyper-réactives : cela entraîne une diminution de leur calibre. L’air passe mal, il n’arrive pas bien au niveau des alvéoles, l’oxygène peut arriver en quantité insuffisante et l’organisme sera plus ou moins en hypoxie c'est-à-dire en manque d’oxygène.


L’allergie souvent à l’origine de l’asthme

Les allergies sont les principaux facteurs qui favorisent l’apparition des crises d’asthme. Bien sûr les pollens sont allergisants : il y en a toute l’année. Les atmosphères confinées également sont propices à l’apparition de crises, tout comme les pièces non aérées, poussiéreuses, humides.

Les agents allergènes sont les acariens, les déjections de blattes, les moisissures. Les poils d’animaux (chats, chiens, chevaux) sont aussi très allergisants.

Le tabac est un facteur aggravant de l’asthme, tant pour le fumeur asthmatique lui-même que pour les asthmatiques qui vivent avec lui subissant alors un tabagisme passif. Il semble que la pollution soit aussi un facteur favorisant.

Les terrains atopiques propices à l’apparition d’un asthme

L’asthme apparaît souvent chez le jeune enfant avant 5 ans ; cet enfant a souvent un terrain atopique, il fait des allergies cutanées, de l’eczéma… et dans la famille on retrouve souvent un parent avec un rhume des foins, un eczéma, de l’asthme, une conjonctivite allergique.

Des bronchiolites à répétition chez le nourrisson peuvent aussi être une porte d’entrée vers la maladie asthmatique où il existe certainement une composante atopique mais l’infection par le VRS (Virus Respiratoire Syncitial) entraîne l’augmentation de l’hyperréactivité bronchique.

L’asthme d’effort est un équivalent asthmatique : 3 facteurs peuvent en être responsables : le froid, l’effort, l’hyperventilation (typiquement le ski de fond où tous les facteurs sont réunis) chez un sujet ayant une hyperréactivité bronchique.

Les tests de sensibilité

Il est parfois difficile de mettre en évidence l’allergène responsable des crises d’asthme, il est possible de rechercher l’allergène par des tests de sensibilité : ce sont des petites piqûres sur les avant-bras. Connaître l’allergène, c’est pouvoir l’éviter.

Les manifestations de l'asthme

La maladie asthmatique est modérée à sévère selon le nombre et la sévérité des crises. Une crise d’asthme se manifeste variablement par une respiration laborieuse, un sifflement dans la poitrine à l’expiration (les sibilants), une oppression, une toux.  La crise peut être de courte durée avec la disparition de tous les signes après la crise ; elle peut ne pas être jugulée totalement, des signes persistent en particulier la nuit avec toujours un gène respiratoire, une toux.

Les crises sont plus ou moins fréquentes de 1 à 4 par mois à plusieurs par semaine. Parfois d’autres signes peuvent se manifester comme une fatigue plus ou moins intense, le souffle court, une hypoxie avec une cyanose (couleur bleutée) des lobes des oreilles, des lèvres, des ongles, une tachycardie : ils signent une aggravation de la crise.