VITAMINE C - Historique

Par Alain J. TOUIZER, le 21 janv 2012 à 12h26 dans SANTE | 0 commentaire
On sait que l’homme et le singe sont parmi les très rares ‘’ animaux ‘’ incapables de synthétiser la vitamine C. Selon le Dr. Scohy‘’ il s’agit d’une tare génétique qui semblerait dater de 12,5 millions d’années. Que s’est-il passé au juste ? C’est bien difficile de le savoir ; Il est probable que cela coïncide avec...
On sait que l’homme et le singe sont parmi les très rares ‘’ animaux ‘’ incapables de synthétiser la vitamine C. Selon le Dr. Scohy‘’ il s’agit d’une tare génétique qui semblerait dater de 12,5 millions d’années. Que s’est-il passé au juste ? C’est bien difficile de le savoir ; Il est probable que cela coïncide avec une catastrophe planétaire qui a eu lieu à l’époque : effondrement du continent de MU et de l’Atlantide, du déluge, etc… Une bonne partie de l’humanité aurait alors été anéantie.

Ceux qui ont survécu et ont repeuplé la terre étaient probablement des populations semi aquatiques et essentiellement frugivores qui avaient dû s‘adapter, depuis des milliers d’années. Par conséquent, ils n’avaient plus besoin de synthétiser la vitamine C grâce à leurs habitudes frugivores, comme la plupart des singes. En reprenant une alimentation diversifiée, les humains se sont retrouvés en état de carence chronique en vitamine C, c’est à dire en scorbut.

La description du scorbut figure sur des rouleaux de papyrus égyptiens datant de 1550 avant notre ère. L’ancien Testament y fait référence. Hippocrate décrit la maladie chez les soldats de l’époque 450 ans avant J.C. La carence en vitamine C a fait des ravages ; Vasco de Gama, en 1497, perd 100 marins sur 160 au cours de son voyage de Lisbonne aux Indes. Il semble que les marins puisent leurs réserves (3 à 4 % par jour) les trois premiers mois, puis la maladie s’installe: faiblesse, dépression, irritabilité, essoufflement rapide, douleurs musculaires, puis les gencives et le nez saignent par fragilisation capillaire, le teint devient gris, la fièvre s’installe, et hémorragies et infections emportent les malheureux.

Ce n’est qu’entre le XVIe et les XVIIIème siècles que Jacques Cartier, John Hawkins puis James Lancaster, James Lindt et enfin James Cook trouveront le remède à ce fléau: consommer des végétaux frais, des tisanes d’aiguilles de pin, des plantes et des jus de fruits (citron) et de la choucroute…

Qu’en est-il aujourd’hui? Il est évident que les besoins de l’homme moderne en vitamine C sont en augmentation sous l’effet du stress, des pollutions ambiantes et de l’appauvrissement de la nourriture. Depuis plus de 30 ans des scientifiques réputés, notamment le Pr. Linus Pauling, ont redécouvert les besoins de l’homme en vitamine C. Linus Pauling, Prix Nobel en 1954, a oeuvré en faveur de la vitamine C et a essayé de faire comprendre aux scientifiques et aux médecins l’immense intérêt de la vitamine C.

Ses travaux aux USA, ont mis en évidence l’importance de doses massives de vitamine C dans le renforcement de l’immunité bien sûr, mais aussi dans la réparation des tissus. Ses recherches ont porté sur un grand nombre de troubles physiologiques (maladies cardio-vasculaires, cancers, cataractes, affections cutanées etc.).


SOURCES NATURELLES DE VITAMINE C



- Fruits frais
: groseilles, fraises, citrons, oranges, kiwis, acerola

- Légumes frais : chou-fleur, brocoli, poivron, pomme de terre et persil
 
La vitamine C se trouve essentiellement dans les végétaux frais, mais il faut savoir qu’elle est particulièrement instable. La chaleur, l’exposition à l’air (au-delà de quelques heures), la dissolution dans l’eau sont autant de causes qui nuisent à son efficacité.


Les fruits et les légumes destinés à être mis en conserve ou bien surgelés subissent préalablement un ‘’ blanchiment ‘’ qui détruit jusqu’à 95 % de la vitamine C. Le stockage des légumes peut provoquer jusqu’à 80 % de dégradation de la vitamine C. Inutile de parler de la cuisson où près de 95% de la vitamine C contenue dans les fruits et légumes peut être détruite. En revanche, la lacto-fermentation la préserve presque intégralement (par exemple la choucroute).

Il existe de nombreux suppléments contenant de la vitamine C, cependant mieux vaut préférer des produits à base de vitamine C naturelle, telle que acerola car ils contiennent des bio flavonoïdes (la rutine, l’hespéridine, la diosmine, etc...) et sont des facteurs de résistance capillaire et de diminution de la fragilité des vaisseaux sanguins.

En présence des bios flavonoïdes, la biodisponibilité de la vitamine C augmente, supprimant son pic d’absorption responsable des phénomènes d’excitation, d’irritabilité, d’insomnie, etc. Les prolongent l’effet protecteur de la vitamine C. L’absorption digestive de la vitamine C est bien meilleure si les muqueuses de la bouche sont ensalivées. Une meilleure efficacité est obtenue en suçant les comprimés.

PRINCIPALES FONCTIONS DE LA VITAMINE C

La vitamine C ou acide ascorbique est la plus célèbre des vitamines, car elle joue un rôle important dans la défense générale de l’organisme, en particulier dans la prévention et guérison des rhumes et des grippes. Elle intervient essentiellement dans les réactions d’oxydoréduction en stoppant les mécanismes d’oxydation par prêt de ses électrons… Moins connu est le rôle de simple aliment essentiel à la vie que lui reconnaissent certains chercheurs, au même titre que les protéines ou les lipides, car elle n’a ni la formule chimique d’une vitamine, ni ses propriétés particulières.

Ses effets :

  • Selon les critères de la bioélectronique de Vincent, la vitamine C crée ‘’un terrain acide et réduit’’,  qui conditionne la guérison et la réparation des cellules.
  • Agit comme un antioxydant très puissant dans la prévention et la lutte contre le vieillissement et évite la déshydratation liée à la vieillesse à condition d’être consommée sous forme naturelle.
  • Aide à prévenir et à guérir les infections de type viral et microbien.
  • Aide  à guérir et à cicatriser les tissus (brûlures, plaies, etc.)
  • Stimule les facultés intellectuelles
  • Améliore les performances sportives
  • Favorise l’absorption intestinale du fer et a de ce fait un effet antianémique ; il est intéressant d’associer la prise de la vitamine C à de la spiruline car cette association permet de mieux assimiler le fer contenu dans la spiruline
  • Joue un rôle important dans la formation du collagène et aide à réparer les cellules endommagées, les fibres élastiques, les os et les dents et sans vitamine C, l’organisme serait incapable de fabriquer le collagène
  • Est très utile en cas d’ostéoporose, de problèmes articulaires et de dégénérescence du cartilage
  • Protège contre certains effets néfastes de la pollution et du tabac
  • Augmente considérablement le niveau de tolérance au stress et a des effets bénéfiques sur l’humour
  • Par la détente qu’elle apporte, l’élocution devient plus facile, l’esprit plus clair et les peurs tendent à diminuer.
  • Aide également à lever des ‘’ barrières ‘’ dans les processus de guérison émotionnelle


Mode d'emploi:

Normalement, pas d’effets toxiques reconnus mais quelques précautions sont toutefois à prendre :
  • Il est important de consommer la vitamine C sous une forme naturelle, telle que l’acerola pure, sans ajout d’acide ascorbique de synthèse, ni de sucre.
  • Chez certaines personnes, la vitamine C prise en dehors des repas peut provoquer des brûlures d’estomac. Certains médecins conseillent de la prendre avant ou après le repas. D’autres, invitent à la consommer loin des repas pour lui conserver son acidité.
  • Chez les personnes tendues émotionnellement et qui vivent des rancœurs anciennes, la vitamine C peut entraîner un processus de nettoyage peu agréable (ballonnements, gaz, éructations, brûlures d’estomac), dans ce cas il est utile de diminuer les doses.
  • En cas de prises importantes de vitamine C, un risque d’endormissement soudain peut survenir chez les personnes stressées.
  • Ne pas arrêter alors brutalement les prises mais diminuer progressivement pour éviter les risques de carence.
  • Boire suffisamment d’eau pendant une cure d’acerola pour éliminer les déchets et pour réhydrater l’acerola qui est un concentré de fruits.

Dose quotidienne:



Les besoins en vitamine C varient d’un individu à l’autre. Il n’y a pas de risque connu d’hypervitaminose. D’après certains chercheurs, tel que Linus Pauling, ou certains médecins tel que Dr. SCH, il faut prendre des doses importantes de vitamine C dans les processus de réparation : de 4 à 10 g par jour, voire plus selon les pathologies (1 g = 1 000 mg).

Pour le Dr. Scohy, la dose moyenne à prendre en entretien quotidien est de 4 à 6 g par jour (4 000 à 6 000 mg)


Les apports conseillés en France sont reproduits ci-dessous : mg par jour

  • Nourrissons : 35 mg par jour
  • Enfants de 1 à 3 ans 35 mg par jour
  • Enfants de plus de 4 ans 40 à 60 mg par jour
  • Adolescents 13 à 19 ans 60 à 100 mg par jour
  • Femmes & Hommes adultes 60 à 100 mg par jour
  • Femmes enceintes & qui allaitent 80 à 100 mg par jour

En général, les conditions de vie moderne (pollution, stress, tabac, alcool, pilule contraceptive, etc.) accentuent considérablement les besoins en vitamine C et favorisent le développement des infections.

A chacun de déterminer son besoin personnel.

CONSEILS

Augmenter la quantité de vitamine C lors de prises continues d’aspirine ou de pilule contraceptive. Fumeurs, consommez impérativement de la vitamine C.


BIBLIOGRAPHIE

L a médecine ortho-moléculaire / Dr. Kathy Bonan & Dr. Yves Cohen / Ed. Retz.
Le nouveau guide des vitamines / Thierry Souccar & Dr. J.P. Curtay / ed. du Seuil.
La thérapie des vitamines et de l’alimentation pour retrouver son équilibre / Dr. Michael Lesser / Ed. Terre Vivante.
Mort subite du nourrisson / Dr. Archie Kalokerinos / Traduit de l’anglais par Dr. Scohy / Des Clefs pour Vivre/
Le Mal-a-dit / Dr. Alain Scohy / Des Clefs pour Vivre / Copyright © Nutrition Plus

Alain TOUIZER
Aljoimour - La Réunion