Baies de Gogi

Par Alain J. TOUIZER, le 07 avr 2011 à 13h19 dans PRODUITS BIO | 0 commentaire
> En certains endroits reculés de la planète, il est encore fréquent de pouvoir vivre 100 ans ou plus. C'est ainsi que les habitants de l'Himalaya vivraient plus longtemps, plus joyeux et en meilleure santé que la plupart des Occidentaux.

> Il n'est pas rare de trouver des personnes vivant: Sans cancer du foie, sans diabète, sans maladie du coeur, sans problèmes de cholestérol, sans arthrite, sans hypertension, sans dépression et sans dysfonctionnement sexuel.
> L'une des raisons pour lesquelles ils seraient en si bonne santé résiderait dans le fait qu'ils mangent du fruit du Goji sauvage tous les jours. Cet étonnant fruit est, semble-t-il, le nutriment le plus concentré jamais découvert à ce jour.

> Un aliment qui redonnerait la forme, aiderait à perdre du poids, donnerait beaucoup d'énergie... Il combattrait l'hypertension, et remplacerait même l'anxiété par la gaieté...

> "Goji" est le nom donné à ces baies de Lycium qui poussent dans les hautes montagnes de l'Hymalaya. Elles poussent à l'état sauvage et naturel dans des sols non pollués, où l'on a jamais utilisé de pesticides ni d'engrais chimiques, dans des sols beaucoup riches en nutriments.

> Ce nom de Goji est réservé à cette baie originaire du Tibet et la seule authentique, même si elle peut aussi pousser ailleurs qu'au Tibet, par exemple en Mongolie.

> De la famille des solanacées, le genre Lycium regroupe plusieurs dizaines d’espèces, dont les plus connues sont Lycium chinense et Lycium barbarum.

> Le Lycium chinense, encore appelé kuko ou épine du Christ, est cité dans des textes chinois très anciens comme le Shen'nong Bencaojing, traité datant du premier siècle après JC, ainsi que dans un poème remontant à la dynastie chinoise Tang (618 - 907 après JC).

> En 1974, à l'instigation du directeur de l'Institut de Recherche de Médecine Traditionnelle Tibétaine, l'Institut de Recherche Botanique de Tanaduk et l'Institut de Médecine Tibétaine du Dalaï Lama, on fonda une coopérative dont le but est de supporter l'enseignement de méthodes de culture sauvage du fruit.

> Un autre but principal est de contrôler la distribution de ces précieuses baies de telle sorte que l'on réponde d'abord aux besoins des médecins, des cliniques traditionnelles Tibétaines et de la population locale.

> On veille aussi à ce qu'il n'y ait pas de surproduction exhaustive de ces fruits. Seul le surplus est vendu pour la consommation mondiale.

> Il est important de le savoir et de le faire savoir, car il est moral de considérer qu'une ressource locale doit d'abord profiter aux habitants du lieu.

> Par conséquent, ceux qui le savent peuvent ensuite, eux aussi, en toute bonne conscience, mettre à profit pour eux-mêmes les précieuses caractéristiques du fruit, que ce soit en Amérique, en Europe ou ailleurs dans le monde...

> De nombreuses études scientifiques prouvent et confirment plusieurs bénéfices évidents à consommer quotidiennement de ce petit fruit rouge.

> En voici quelques-uns: prévention et traitement de l'arthrite, du cholestérol, de l'obésité, de la leucémie, des migraines, du diabète, des allergies, de l'asthme, de l'insomnie et de plusieurs types de cancer.